Les veilleurs de la mer

Le phare est un emblème. Mais, au delà du mythe et de la fascination, il y a la réalité de la sécurité maritime pour les usagers.

Le temps des gardiens de phare est révolu. Depuis les années 2000, les édifices sont automatisés et gérés à distance par les équipes de l’institution des Phares et Balises.

La France métropolitaine compte, à peu près, 5 533 kilomètres de côtes, soit 349 milliers de kilomètres carré d’espace maritime qu’il est nécessaire de contrôler pour en assurer la sécurité.

C’est la région Bretagne qui se trouve en tête pour l’importance de son linéaire côtier avec 1 772 kilomètres de littoral.

Dans le département des Côtes d’Armor, se localise l’antenne des Phares et Balises de Lézardrieux. Ses deux missions : l’exploitation et l’entretien des Établissements de Sécurité Maritime (ESM) et la transmission aux générations futures du patrimoine des Phares et Balises en bon état.

Pour se réaliser, une équipe polyvalente de techniciens, ingénieurs ou encore, maçons, électriciens, jardiniers et même garagistes se relaient pour effectuer des veilles de 24h/24.

Seulement, ce travail temporaire ne remplace pas l’entretien quotidien de certains édifices en mer. Certains phares vacillent dangereusement pendant que d’autres s’enduisent de fientes corrosives. Les remplacer par de simples piquets lumineux ? Pourquoi pas ?

Mais certaines associations de conservation du patrimoine freinent les actions.

Alors, l’Etat tente de mettre en œuvre des colloques. Trouver des solutions… Conservatoire du Littoral ? Grenelle de la Mer ? Patrimoine mondial ?

En attendant, sans le travail effectué par ces équipes de femmes et d’hommes, les édifices feraient plus que vaciller.

Share Project :

Les veilleurs de la mer

Documentaire de création - 52' - 2017 - Ecrit et réalisé par Sophie Piat.